mode ethique

 

 

 

 MODE BIO / MODE ÉCOLOGIQUE / GREEN  FASHION / MODE ÉTHIQUE /MODE RESPONSABLE / MODE VÉGAN / BIOCOUTURE / ÉCO STYLISME / LABELS

logo Fashion revolution..Fashion-Industry-

 


 

 

 

LES CONSÉQUENCES DU DRAME DU RENA PLAZZA 

immeuble-du-rana-plaza

Effondrement de l’immeuble RENA PLAZZA en 2013 qui fit 2000 morts dans des ateliers textiles au Bangladesh

Il y a une véritable prise de conscience depuis le drame de l’effondrement de l’immeuble  RENA PLAZZA qui fit  en 2013, plus de 2000 morts dans des ateliers textiles  de la capitale du Bangladesh.  C’est dans des lieux vétustes, que l’ on  surnomme désormais  les « usines de la honte », que les sous-traitants des marques occidentales fabriquent à bas coûts  et dans des conditions de sécurité et de travail déplorables  une grande partie des vêtements de la grande distribution.

Carry Somers , créatrice de la marque Pachacuti et pionnière de la mode éthique et équitable au Royaume-Uni, a lancé le mouvement « FASHION REVOLUTION DAY »

Depuis le 24 avril 2014, date du premier anniversaire de l’accident, une journée de commémoration est organisée partout dans le monde, dans le but d’inciter les grandes marques de mode à plus de transparence et à prendre leurs responsabilités en ce qui concerne les chaines de production  textile et les obliger à rendre publique la traçabilité des vêtements. Désormais, c’est même  sur une semaine complète que se déroulent de nombreuses initiatives pour sensibiliser consommateurs, professionnels et pouvoir publics. C’est un véritable mouvement structuré, devenu combatif qui prend de plus en plus  d’ampleur chaque année et tous peuvent y participer.

« THE FASHION REVOLUTION WEEK  2017 » : Elle a eu lieu sur toute la planète la semaine du 24 au 30 Avril 2017

Lors de l’édition 2016 il était demandé aux consommateurs de prendre un selfie avec les hashtags #JeVeuxSavoir fashion revolution baniere#WhoMadeMyClothes, afin d’interroger les marques sur la transparence  de la fabrication , l’histoire et le voyage de nos vêtements. La démarche était simple : se prendre en photo avec ses vêtements à l’envers afin de montrer l’étiquette, puis interpeller les marques sur les réseaux sociaux avec le message conseillé  : « Je veux remercier ceux qui ont fabriqué mes vêtements, @(marque) #Jeveuxsavoir #WhoMadeMyClothes  ? »

Plus de 700 000 personnes de 70 pays différents ont ainsi  contribué au mouvement en utilisant ces hashtags. Les marques ont ensuite eu l’opportunité d’apporter des réponses concrètes aux consommateurs, et de présenter ce qui se cache derrière les vêtements qu’elles produisent en indiquant le hashtag : #ImadeYourClothes

Voir le replay intégral de l’émission « Envoyé spécial  » de Guilaine Chenu & F.Joly intitulé : « TEXTILE MODE TOXIQUE » 2015  → https://www.youtube.com/watch?v=4iEEDsU7YX8       56mn 

Voir le replay  intégral le l’émission « Cash investigation »  d’Elise Lucet intitulé « TOXIC FRINGUES » 2015 → https://www.youtube.com/watch?v=k-LTi0V7MjE       1h06mn     

► LE COTON BIO 


La culture du coton remporte la palme de la matière première la plus polluante
Les ONG pointent du doigt certaines marques de prêt-à-porter et leurs impacts néfastes sur la planète notamment  la culture du coton, et font  pression pour le développement et l’utilisation du coton BIO.

La culture conventionnelle du coton requiert 25% des pesticides mondiaux, pour une surface de 3% seulement  des terres agricoles cultivées. Cette utilisation massive de pesticides a des conséquences graves, c’est un véritable désastre sanitaire et environnemental, car organic-cotton-bio-cette culture est l’une des plus polluante au monde, très toxique, utilisant des quantités considérables d’eau. Les paysans  s’endettent malheureusement  toujours plus afin de conserver le même rendement annuel, s’empoisonnant  lors des traitements  tout en polluant les nappes phréatiques. Ils sont également obligés de racheter chaque année les semences, devenant ainsi complètement dépendants de leur fournisseurs.

Le coton bio privilégie l’usage exclusif de produits naturels, il est donc une véritable alternative, permettant le respect de la santé des cultivateurs et de ceux  qui participent à la fabrication des vêtements.  Pour le consommateur, il procure une douceur incomparable et ne comporte aucun résidu de substance dangereuse, il est donc anallergique. Le coton Bio est aussi économiquement viable évitant  aux petits producteurs de s’endetter en leur permettant de fabriquer eux mêmes leurs « intrants » (pesticides et herbicides naturels) au lieu de les acheter aux grandes firmes internationales. La terre se renouvelle plus facilement, elle n’est pas épuisée par la culture intensive liée aux pesticides ou aux OGM.

Rappel : En avril 2005, l’association Max Havelaar France lance le premier coton équitable : des producteurs de coton d’Afrique de l’Ouest – Mali, Sénégal, Cameroun, Burkina Faso rentrent dans une démarche de commerce équitable et sont certifiés par Max Havelaar. Le label de Max Havelaar concerne  la production du coton, pas des vêtements.

Sachez  que l’on peut réaliser aussi  du tissu à partir de fibres végétales comme le sisal, le chanvre, les fibres de bananes, le buntal, l’ortie, le bambou, l’ananas, le gingembre, le bois , le maïs …

► LES TEINTURES BIO


Les teintures chimiques sont essentiellement  réalisées à partir de dérivés de pétrole peu respectueux des travailleurs et de l’environnement.pigments indiens
Les plantes tinctoriales permettent, grâce aux pigments contenus dans leurs fleurs, leurs feuilles, leurs baies, leur bois ou leurs racines, de fabriquer teintures, peintures ou colorants. Ces plantes offrent une palette de coloris intenses, beaucoup plus résistants que les teintures chimiques et bien sur plus écologiques . La teinture végétale a 4000 ans d’histoire, indigo, safran, camomille, troène, reine des prés, pastel, henné …
Certains acteurs de l’industrie de la mode commencent à faire le vœux de devenir plus « éthique » au niveau de la création, de la production et de la commercialisation de leurs produits afin de minimiser l’impact sur l’environnement mais  le risque d’être moins compétitifs pèse lourd dans les décisions finales.

La France, porte-parole mondial d’une mode responsable La France  a été  le premier pays au monde à tirer des conséquences législatives du drame. Après trois années de débat  une proposition de loi a été proposée en novembre 2016   dite « devoir de vigilance », surnommée « loi Rana Plaza »  En Savoir + Selon la proposition de loi, les grandes entreprises auront donc l’obligation d’établir et de mettre en œuvre un « plan de vigilance », destiné à prévenir les atteintes aux droits de l’homme et à l’environnement chez leurs sous-traitants ou fournisseurs, avec qui elles ont une relation commerciale durable. Cette obligation ne s’appliquera qu’aux sociétés employant (filiales comprises) au moins 5.000 salariés en France ou au moins 10.000 salariés en France et à l’international, soit les « 150 à 200 plus grandes entreprises françaises »mais c’est une avancée considérable vers une mode plus responsable.

 

 

 

 

 

 

► DIFFÉRENCE ENTRE  MODE ÉTHIQUE ET MODE RESPONSABLE OU ÉCO-RESPONSABLE


La mode responsable ou éco-responsable est revendiquée  par les acteurs traditionnels qui essayent progressivement d’améliorer leur chaîne de valeurs. Le terme « responsable », assez général, englobe en fait toute une réflexion sur des procédés de fabrication et de consommation.

Ces entreprises s’efforcent de respecter l’environnement en privilégiant des matières premières écologiques et une  fabrication éco-responsable , soucieuse du recyclage. Elles adoptent des marges raisonnables offrant une mode accessible et socialement responsable ,  favorisant le « made in France » ou « made in Europe » ainsi que le  commerce équitable.

La mode éthique peut-être considérée comme un élément de la mode responsable, une forme de morale individuelle, elle est nécessairement durable. Les marques éthiques proposent des collections fabriquées en prenant en compte les normes édictées par l’Organisation Internationale du Travail  l’OIT: Respect des droits fondamentaux en matière de salaires, de santé, de liberté syndicale. Toute forme d’esclavage y est bannie ainsi que le travail des enfants.echo fashion

Elle  privilégie les matières naturelles, cultivées, traitées et colorées avec des produits et des méthodes respectueuses de l’environnement. La mode éthique recycle pour essayer d’ atteindre  le meilleur rapport qualité/prix  tout en favorisant la créativité de minorités.

« Il y a quelque chose d’immoral dans le fait d’acheter un maillot de bain ou une robe au prix d’un cappuccino. » Suzy Menkes, rédactrice de mode  à propos des dérives de la « fast fashion ».

La filière textile  entière  est désormais sous la pression des consommateurs qui la somme de faire acte de transparence. La réduction de la consommation d’eau et des rejets polluants est un objectif partagé par les plus grandes marques mondiales de l’habillement. L’industrie textile consomme 4 milliards de tonnes d’eau par an pour teindre 30 milliards de kilos de tissus. Selon la Banque Mondiale, elle serait responsable à elle seule de 17 à 20% de la pollution de l’eau dans le monde. Les industriels ont l’obligation de recourir à de nouveaux procédés de fabrication plus durables, à l’image de  DyeCoo, une entreprise néerlandaise.

L’enjeu est important car le boycott  éventuel des consommateurs peut s’avérer d’une efficacité redoutable, même la sphère très intimiste de la haute couture et de la création de pièces de luxe se préoccupe de la dimension écologique et durable.
« les valeurs éthiques influencent de plus en plus les comportements des consommateurs »
Le consommateur  prend progressivement  conscience des étapes du cycle de vie d’un vêtement. La façon dont nous portons, entretenons et jetons le vêtement représente 50 % de son impact environnemental. Certaines habitudes sont pourtant faciles à prendre comme l’utilisation de lessive bio, le recyclage, tout en se rappelant que la qualité engendre la  durabilité.

► LA MODE VÉGAN 


Végétarien, végétalien  ou végan : quelle différence ?

→ Végétarien : absence de viande et de poisson dans l’alimentation, on exclut la consommation de chair animale. Sa définition la plus large correspond à « l’ovo-lacto-végétarisme ».
Un végétarien ne consomme aucun sous-produit de l’abattage des animaux, comme la gélatine, le caviar, la présure.
→ Végétalien : régime alimentaire assez strict, on  ne consomme aucun produit issu de l’exploitation animale
Ni  viandes, volailles, charcuteries, poissons, crustacés, coquillages, mais aussi  ni œufs,  produits laitiers,  crème, beurre , fromages,  yaourts et même miel.
→ Le véganisme est le refus de l’exploitation et de la cruauté envers les animaux.  
Il respecte la protection del’environnement. Conscient de l’impact de la production animale  pour se nourrir ou  s’habiller, le véganisme refuse tout ce qui est à base de cuir, de laine, de fourrure ou même de duvet et plumes, symboles de torture pour les animaux, de soie car on ébouillante des millions de vers à soie. Refus également de cosmétiques testés sur les animaux.

La mode végan: ni cuir, ni fourrure, ni peau, ni plumes

Les vidéos concernant la souffrance animale  ont eu  ces dernières années un impact indéniable  dans la propagation de l’idéologie Végan.  Le collectif  « L214  Éthique & Animaux »  a diffusé de façon virale sur les réseaux sociaux des reportages enL 214 ethique et animaux caméra cachée  dénonçant  la cruauté souvent insoutenable des conditions d’élevage, de pêche, de transport, d’abattage des animaux destinés à la filière de la production alimentaire. Ces pratiques, hélas courantes, ont semé le trouble parmi la population, créant un sentiment de défiance  vis à vis du monde agricole et des conditions de  l’élevage intensif.
Ces préceptes s’appliquent aussi à la fabrication textile, car le cuir de nos chaussures et de nos vêtements est en fait, on l’oublie, réalisé à partir de la peau d’un animal. Idem pour la laine, la soie, il faut ébouillanter 1500 bombyx pour obtenir  un mètre de soie, les duvets  de nos doudounes sont conçues  à base d’oies dont on a arraché de façon cruelle les plumes etc.
On en arrive même à la conclusion  étonnante qu’une matière polaire synthétique
dérivée du pétrole serait plus éthique qu’un pull en laine ou coton.  En effet  ce tissu est composé de fibres de Polyéthylène Téréphtalate (P.E.T) il faut 1,9 kg de pétrole brut pour fabriquer 1 kg de P.E.T mais il est recyclable a l’infini.
Le tissu polaire  est  ancré dans le développement durable car il peut être fabriqué à base de bouteilles plastiques recyclées.peta-logo
La fibre PET une fois recyclée permet de contribuer à la fabrication de nouvelles bouteilles en plastique, d’emballages, de couettes à base de  rembourrage en polyester. Elle pourra aussi servir dans le milieu du bâtiment pour  l’isolation des toitures, par exemple.
La laine provient des moutons dont la tonte est parfois violente, le coton  est synonyme de pollution, consommation excessive d’eau ,  teintures toxiques qui dégradent l’environnement etc…
Pourtant il n’y a pas si longtemps on vantait les matières dites « naturelles » mais en oubliant de tenir compte des conséquences de leur fabrication sur l’environnement et des conditions de travail de la main d’oeuvre.
C’est toute notre vision  qui est remise en cause et l’éthique n’est pas toujours ce que l’on croit ; choisir devient un acte militant, moral, consommer prend  du  sens  et il  faut savoir qu’il n’est pas toujours facile de devenir végan en matière de mode.

Vegan », « recyclable » et « durable »
http://vegankit.com/fr-fr/wear
http://www.ecocentric.fr/s/F1227_matt-and-nat
http://www.vegan-france.fr

Stella-McCartney ss17

Stella McCARTNEY  pionnière de la mode éthique printemps/été 2017 ©DR

La question de l’éthique des créateurs

→Stella McCartney est la pionnière de la  mode « végan » , on dit aussi  « végétalienne », dès le lancement de sa marque, en 2001, elle proposait des sacs en cuir végétarien et des fausses fourrures.

→Ipanema marque brésilienne proposant des tongs et sandales éthiques, fabriquées dans des conditions de travail équitables et avec des matières écologiques. Ils utilisent le caoutchouc naturel, le coton bio, le cuir naturel et les teintures sans métaux lourds. En collaboration avec le designer français Philippe Starck, la marque brésilienne a signé une collection de tongs green pour l’été 2016. Des créations au style minimaliste très ’90 entièrement confectionnées à partir de matériaux recyclables, dans le plus pur style fonctionnel du designer.
En savoir +

→Pamela Anderson   a décidé de mettre sa célébrité au profit de la cause animale, elle est l’une des porte-parole de PETA (People for the Ethical Treatment of Animals)  et soutient une vingtaine d’organisations de manière régulière.
Elle a créé une collection de chaussures végan avec Amélie Pichard, créatrice parisienne, 10% des fonds seront  reversés à la Fondation PETA . Fondation de protection des animaux de Pamela:   http://www.pamelaandersonfoundation.org

→H&M Conscious Exclusive  s’engage à respecter l’environnement en établissant une charte responsable pour la production de ses vêtements. Chaque printemps en avril depuis 5 ans, une « collection capsule » fabriquée à partir de matières biologiques et recyclées, est proposée dans les magasins H&M du monde entier. Pourquoi ? Pour prouver qu’aimer les vêtements n’implique pas de compromettre le respect de l’environnement.

→Esprit  a remporté remporté un grand  succès avec sa collection de sneakers sans cuir animal approuvée par l’organisme de protection des animaux PETA,

Autres marques de chaussures et accessoires végan: Puma Noah,  Good Guys, Lulu’s,  Vegetarian Shoes , Stella McCartey ,  Cosi Cosi, Beyond Skin, Dr. Martens, Bourgeois Bohème, NAK (No Animals Killed), Wills, Matt &Nat, Novacas

→Kering 
Le groupe de luxe Kering (Gucci, Puma, Saint Laurent, Balenciaga ou Stella Mc Cartney) s’est fixé dès 2012 d’ambitieux objectifs éthiques. Le but est d’utiliser en 2030  exclusivement des cuirs écologiques. Grâce aux biotechnologies, la confection d’un sac en cuir ne nécessitera plus de peaux d’animaux. Cette technologie permettra de créer du cuir à partir de cellules animales vivantes extraites sur un animal vivant, puis mises en culture afin de créer un cuir transparent.

L’ÉCO STYLISME 


Sasu Kauppi

Sasu KAUPPI – Les créateurs Finlandais sont précurseurs dans la démarche de l’Eco-Stylisme

C’est un exercice stimulant pour les créatifs. Rappelons que déjà pendant la période de guerre la majorité des femmes, subissant les restrictions, récupérait, recyclait et transformait tout, avec une incroyable énergie pour continuer à se vêtir avec élégance devant l’occupant Allemand. Pour les chaussures elles utilisaient le raphia, les rubans ou  les pailles tressées, les semelles étaient en bois évidé. En 1941, l’occupant allemand réclamait à la France 6 millions de paires de chaussures, elles étaient  donc rationnées.

De nos jours, le cuir, la laine et le suède (daim) sont  parfois remplacés par des matériaux véganes, fruits de l’innovation et des nouvelles technologies. Cuir végétarien, fausse fourrure, raphia : les fibres vertes ont le vent en poupe chez les créateurs.
Il y a des robes et des tops en  soie biologique, des pulls à manches longues en tencel (une matière biologique issue de l’eucalyptus), des pantalons en chanvre biologique, robes de mariée en lin biologique, des chaussures aux détails en cuir biologique, et des robes, des tops et des pantalons aux ornements fabriqués à partir de flacons de savon et de shampoing en plastique recyclable. On utilise également beaucoup de coton biologique, de perles et des ornements en verre recyclé et des boucles d’oreille en Denimite, un matériau solide fabriqué à partir de denim recyclé comprimé.

Les vieilles nippes et chiffons sont recyclés en nouvelles fibres et tissus avant d’être transformés à leur tour en gammes de vêtements de première main. Les stylistes manifestent aujourd’hui un intérêt accru pour le retraitement des textiles, une pratique qui pousse à la création de vêtements et d’accessoires de mode exclusifs.
Article intéressant sur les créateurs  Finlandais  très concernés par le sujet: Seija Lukkala  qui a créé la marque Globe Hope
https://finland.fi/fr/culture/la-mode-finlandaise-les-textiles-usages

Selon une étude du Hartmann Group, 12 % de la génération  Y  (individus nés entre 1978 et 1994) seraient des végétariens convaincus, contre 4 % de la génération X (nés entre 1964 et 1981) et 1 % des baby-boomer (nés entre 1945 et 1964). Ils sont 51 % à être prêts à débourser davantage pour des produits équitables et éthiques.
Quant à la génération  milléniums (née en 2000 – appelée aussi Millennials) elle  est fortement sensibilisée à la souffrance animale, à la consommation bio, éthique, et au développement durable.
Rappelons qu’ils veulent aussi  jouir sans posséder, vivre des expériences en permanence  dans tous les domaines et donner leur avis à tout instant, ils  sont aussi très créatifs.

 

► LA BIOCOUTURE 


Suzanne Lee, directrice du « BioCouture Research Project » de l’University of the arts de  Londres (Central Saint Martin ) participe à un projet dont  le but est de  préparer l’avènement d’une mode vestimentaire sans utilisation de  dérivés pétroliers.
Elle a mis au point un bio-tissu fabriqué à partir d’une solution de thé vert, de sucres, de bactéries et de levures .Certaines  bactéries utilisées ont la particularité de former des microfibrilles de cellulose pures durant la fermentation  qui créent une couche dense permettant d’être récoltée et séchée pour former un tissu végétal. On peut ensuite le mouler puis  découper  et le coudre ! Ce bio-tissu  est biodégradable, composable, et se teint bien plus facilement que d’autres fibres. Il pourrait demain remplacer les tissus synthétiques issus du pétrole.

► MARQUES ÉTHIQUES:  «  Elles  sont belles et green » 


Patagonia               Stella Mac Cartney        Kami organic          Sakinamsa        Dressing responsable

Ekyog                        People Tree                     Honest by                  Kuyichi               Bonobo Jeans    leax  

Veja                           Faguo                                 1083                            Filomen               Good Guys       Tudo Bom

Good Society         Nicole Bridger                Nudie Jeans            Valentine Gaultier 

→ Marques VÉGAN

Honestby           Vana-Kam      Rosatapioca       Nobleproject
Ces marques s’intéressent aux fibres utilisées, à leur consommation1083
en énergies naturelles, à la durabilité de leurs produits et aux filières de production.

► LES SALONS ÉTHIQUES  


L’ETHICAL FASHION SHOW
En 2004  visionnaire, révoltée par l’envers du décors de l’industrie de la mode, Isabelle Quéhé ex mannequin  lance un rendez vous alternatif  : L’Ethical Fashion Show, qui devient vite le haut lieu de la mode éthique européenne.

Racheté en 2010 par Messe Frankfurt, organisation de commerce équitable, l’Ethical fashion show demeure sous la direction de sa fondatrice. Ce salon bi annuel s’adresse aux professionnels de la mode , des marques streetwear y côtoient les marques casual chic.     http://ethicalfashionshowberlin.com/en

► LE VINTAGE 


On a pensé au début qu’il s’agissait d’une réponse à la crise , mais le vintage est plus qu’ une tendance, c’est devenu un art de vivre installé dans notre quotidien, un phénomène sociétal à part entière.
« Ce qui était kitsch et démodé est aujourd’hui vintage et rétro »
Consommer durable, recycler les vêtements pour en   prolonger le cycle de vie et se sentir unique est plébiscité par la génération Y née entre 1978 et 1994. Cette génération formatée pour consommer toujours + est aujourd’hui en quête de sens et de valeurs rassurantes voire structurantes.
L’histoire passée d’un vêtement fait naître une émotion, sa temporalité devient une renaissance, et même un sauvetage puisque l’on recycle au lieu de jeter, avec en plus  le plaisir nouveau de la découverte d’une pièce unique . C’est aussi une façon de rendre durable la mode que l’on juge éphémère, pourquoi produire du neuf quand on peut utiliser ce qui existait déjà ? c’est donc bon aussi pour la planète.
La valeur ajoutée dans l’acte d’achat d’un vêtement vintage devient supérieure  à  celle de vouloir acquérir à tout prix  le dernier portable ou modèle de  snickers tendance,  juste pour  combler la  frustration d’une envie suscitée par la publicité.

Vintage est un terme anglais qui signifie « vendange ». Utilisé tout d’abord en œnologie , en référence aux grands crus et millésimes , il a progressivement indiqué toute pièce réalisée entre la période d’après-guerre (1945) et les années 80. Il a remplacé le terme « fripes » qui  avait une connotation plutôt péjorative  ou bas de gamme. L’ utilisation du  mot  « vintage » a permis de revaloriser  jusqu’à l’image véhiculée par le  vêtement déjà porté.

Les meilleures boutiques VINTAGE  dans Paris:

Kilo Shop                                      Freep’ Star                              Mamie Blue                        Culture Vintage  

Chez Chiffons                              Episode                                      Frip Sap                               Guerrisol   

Casablanca                                   Le Dressing d’Eva                  Iglaïne                                Espace kiliwatch     

Didier ludot                                                 

RÉVOLUTION RÉTRO /vu sur ARTE  un reportage intéressant réalisé  par Matthieu Jaubert et Sophie Peyrard
http://boutique.arte.tv/f10484-revolution_retro
Le documentaire part à la rencontre des figures marquantes de ce mouvement comme Dita von Teese à Los Angeles, Lady Flo à Anvers, Dandy Wellington à New York ou encore Paulo Brotherswing à Paris, pour découvrir, à l’heure du tout-connecté, à quoi ressemble une vie placée sous le signe du passé.

Le vinyle
C’est le retour en force du vinyle. Le disque noir en vinyle avait connu son apogée dans les années 80 , une nouvelle génération est en train de redécouvrir ce support qui permet une qualité sonore à part.
Certains artistes ont même sorti  simultanément à leur album, une version vinyle. Observé tout d’abord dans le milieu du rap et du rock,  ce regain d’intérêt  est à observer de près à l’ère du streaming et du tout numérique.

Le « rétrogaming »   Les vieux jeux vidéo sont de retour  et les anciennes consoles sont vénérées par des fans capables de payer beaucoup  plus cher que leur tarif d’origine entraînant   une véritables flambée des prix.  Les vieilles  consoles abandonnées dans les greniers se révèlent être des mines d’or.

Le « rétro nomadisme »   Voyager en vieux camping car, combi VW, voitures rétro,  vespa, fiat 500 , est aussi un signe de l’engouement pour le style de vie  vintage.

→ On parle aussi de  « newstalgia »   qui serait une synthèse paradoxale de neuf et d’ancien.

LES SALONS VINTAGEvintage salon
Ils remportent un succès grandissant  dans toute la France , ainsi que les nombreux  vide-greniers, brocantes …
→Salon du Vintage   http://salonduvintage.com       Paris, Rennes, Nantes, Lille, Strasbourg, Bordeaux
→Le Marché de la mode vintage de Lyon                   http://www.marchemodevintage.com

C’est un événement leader en Europe, créé à Lyon en mars 2001, où professionnels, collectionneurs et particuliers vendent mode, design & accessoires des années 50 à 90’s. Evénement populaire  ouvert à tous, fédérateur de la mode Vintage, il offre un large éventail de tendances, de goûts, de couleurs, de looks et d’animations. Il accueille à Lyon à chaque édition de 15.000 à 20.000 visiteurs.
Lille et Roubaix  proposent aussi de nombreuses initiatives chaque année ainsi que la célèbre et traditionnelle Braderie de Lille
http://www.braderie-de-lille.fr

 

► UP CYCLING = RECYCLAGE = ÉCONOMIE CIRCULAIRE   Mode & Déco


Rendre un objet plus beau encore dans sa deuxième vie que dans sa  première, c’est le pari de  « l’upcycling » . Cela consiste à utiliser des objets et des matériaux destinés à être jetés pour les réintroduire dans la chaîne de consommation  en les transformant , leur donnant une utilisation différente et une plus value créative. Cette action de recyclage s’inscrit  dans une volonté plus large de développement durable.  L’upcycling donne l’occasion de créer et recréer des objets uniques.    http://www.upcycling-france.com

upcycling chez hm

UPCYCLING Le circuit du vêtement recyclé chez H&M

 

 

 

 

 

 

 

upcycling

mode d’emploi de l’UPCYCLING cliquez Ici

En France  nous sommes un peu  en retard.  Depuis 2013 c’est H&M  qui a montré l’exemple. Chaque année au mois d’avril l’enseigne  organise la « H&M Recycle week » ;   les clients des quatre coins du monde ont ainsi permis de recycler 25 000 tonnes des vêtements en échange de bons de réduction. Zara Puma, Marks& Spencer ont suivi le mouvement, ainsi  la FastFashion  prend conscience progressivement  des enjeux du développement durable et de l’économie circulaire.
En savoir +

Dans une société fondée sur la surconsommation, repenser le cycle de vie des vêtements s’inscrit dans une démarche de développement durable car  50% des vêtements dorment au fond de nos armoires …

→ Trash to Trend est une plate-forme web pour la promotion de l’upcycling et de la revalorisation des matériaux de la filière textile. Son objectif est d’inciter les designers à travailler en même temps avec les fabricants, les marques et les consommateurs.
http://www.trashtotrend.com

 

nusta

NUSTA upcycling en provenance du Pérou

→ Nusta
Nos sacs sont issus du upcycling , c’est à dire que nous ne faisons pas fabriquer les tissus pour notre marque, nous utilisons des tissus qui ont déjà eu une première vie. Au Pérou ils les appellent des « Mantas », et elles sont tissées pour différentes occasions et fonctions. »
https://www.nusta.fr/pages/sac-ethnique-chic-boheme-voyage-amerique-sud

→ Entre 2 Rétros
Cette marque donne  une 2ème vie  à des tissus pour le revêtement  automobile voués à être jetés. Il s’agit d’une fabrication artisanale de qualité pour une mode durable
Cette matière ultra résistante, conçue pour recevoir des milliers de passagers et supporter chocs et tensions, associée au cuir renaît en sacs et accessoires robustes et élégants dans un style rétro chic
http://www.entre2retros.com

→ L’herbe rouge
Cette marque  place l’éthique et le Développement Durable comme une préoccupation centrale de sa stratégie d’entreprise. Ils ont développé un savoir-faire pointu dans l’éco-conception, l’éco-fabrication et l’éco-distribution. L’Herbe Rouge offre un vestiaire diversifié (chemises, pulls, pantalons, vestes…) de produits pour Homme et Femme. Cela induit la mise en oeuvre de nombreuses filières, de nombreux processus de conception et de fabrication (de la matière première aux fils, des fils à la fabrication des étoffes, de la teinture à la confection, du transport à la vente et de la vente à la fin de vie des produits). Ils suivent  pour chaque étape les meilleures pratiques sociales et environnementales possibles. Toutes les matières sélectionnées sont les plus écologiques. Les matières sont ensuite transformées à proximité des sources de matières premières en suivant notre guide d’éco-fabrication et charte éthique : GOTS, biodégradabilité, substances non toxiques, économie d’énergie, d’eau , recyclage des eaux usées, SA 8000, commerce équitable
http://lherberouge.com/home

► LES LABELS


ECO CERT
organisme français de contrôle et de certification biologique internationale (agriculture / cosmétiques)    En savoir +

ecocert-equitable logo

ECO LABEL
Label écologique de l’Union européenne.
Système d’homologation  destiné à aider les consommateurs européens à discerner les produits et services favorables à l’environnement       En savoir +

ecolabe

GOTS
Le label GOTS garanti un coton sans pesticides ni engrais .  ce label représente une harmonisation des certifications concernant les textiles biologiques à l’échelle internationale   En savoir +

SKAL
Organisme néerlandais de certification biologique tous secteurs   En savoir +

logo SKAL

 

OEKO-TEX100
contrôle de substances indésirables sur textile garantit qu’il n’y a ni formol, ni méteux lourds, pas de colorants azoïques dangereux.     En savoir +

COPYRIGHT – INTERSTYLEPARIS™